Écrit par 4:14 Start-up

C’est quoi le lean startup exactement ?

lean startup

Le « Lean Startup » est une méthode itérative et orientée sur la gestion de projets pour développer une entreprise où les progrès sont mesurés en ajustant le business model aux réalités de son marché cible. 

L’objectif premier est de trouver le chemin le plus court pour réaliser une vision économique pérenne afin de correspondre aux ambitions d’une start-up. Les étapes spécifiques de cette activité varient d’un projet à l’autre, mais le socle repose sur la décomposition systématique du plan en petits éléments afin de mener à des expérimentations. 

Cette méthode est destinée à être utilisée dans des situations où il existe une incertitude extrême qu’il est impossible de prédire exactement ce qui se passera. Il s’agit également d’une solution entrepreneuriale conçue pour éliminer les éléments superflus qui pourraient être greffés au projet. 

Pour bien comprendre ce mécanisme scientifique, zoomons immédiatement sur les différents aspects du lean startup.

Histoire et développement de cette approche de lancement 

Le principal mentor et auteur des directives du mouvement « Lean Startup » est Steve Blank. Né en 1953, il a développé la méthodologie de développement client qui l’a mené petit à petit à la création du « Lean ». Ce terme Anglais signifiant « maigre, sans gras, dégraissé » traduit un effort économique pour ne garder que l’essentiel d’un business en phase de lancement

Blank a passé plus de trente ans dans l’industrie de la haute technologie et a ainsi acquis une énorme expérience. Il a collaboré ou créé des start-up bien connues en étant un des pères fondateurs de la Silicon Valley. 

La méthodologie qu’il a créée a été à la base de l’émergence du Lean Startup, qui a été popularisé par Eric Ries, qui fut l’un de ses meilleurs élèves.

C’est ainsi que le mouvement « Lean Startup » a fait son apparition en 2011 dans la Silicon Valley. Au cours du développement de produits chez IMVU, Ries a constaté qu’il était possible de raccourcir le cycle de développement de produits

Ces problèmes et d’autres rencontrés lors du développement de ce projet l’ont incité à développer une méthodologie Lean encore plus aboutie. 

lean startup definition

Après le succès d’IMVU, de nombreux entrepreneurs se sont tournés vers Ries pour obtenir des conseils. Le manque de compréhension de cette méthode par la direction l’a incité à donner des conférences et à écrire des articles sur son blog : Start-up Lesson Learned. Après un certain temps, la méthodologie a commencé à se répandre dans le monde entier, recueillant d’excellents retours et de nouveaux adeptes.

Comment se met en place cette méthodologie ?

La première étape consiste à formuler un ensemble d’hypothèses, c’est-à-dire à considérer les objectifs voulus et quels effets ils vont avoir sur le déroulement du projet. 

Dans le business plan, ce sont les hypothèses de la stratégie qui peuvent mener à la réalisation d’une vision pouvant aller jusqu’à 3 voire 5 ans. Cependant, dans la méthode Lean, ils doivent être le moins ambigus possible, afin de pouvoir vérifier le plus rapidement possible lesquels d’entre eux sont de vrais points à mener et lesquels il est préférable d’abandonner. Selon Blank, il s’agit de réaliser :

« Des hypothèses qui sont des actes de foi »

1. Les hypothèses de valeur et de croissance

Au cours de ce processus de développement, l’hypothèse de valeur et l’hypothèse de croissance sont fondamentales. L’hypothèse de valeur vérifie si un produit ou un service est capable d’impressionner les utilisateurs ; tandis que l’hypothèse de croissance analyse comment les nouveaux clients découvriront le produit ou le service. 

Lorsque ces hypothèses sont avancées, les entrepreneurs doivent être conscients qu’ils n’auront toujours raison sur le sujet et comme l’écrit Ries :

« C’est parfaitement normal, car le but est d’apprendre pour obtenir la meilleure formule qui mènera à la réussite. »

2. La création d’un produit minimum viable (MVP)

L’étape suivante consiste à exécuter une expérimentation scientifique. C’est la création d’une première version d’un nouveau produit, même imparfaite, car l’objectif ultime est de créer le produit le plus satisfaisant en utilisant le moins de ressources possible que ce soit en argent, en temps et en efforts. 

MVP

Pour la plupart des entrepreneurs, il est difficile et inconfortable de montrer aux clients des produits imparfaits et inachevés, surtout lorsqu’ils sont obsédés par l’aboutissement du projet. Toutefois, il est toujours important de prendre du recul et ne pas se fourvoyer en fonçant sans tester auprès des utilisateurs finaux. 

Il existe de nombreux types et variétés de « produits minimum viables » (Minimum Viable Product). Le choix dépend de ce que la start-up à besoin d’apprendre pour progresser. Chaque entreprise doit développer ses propres règles, techniques et systèmes pour créer ces produits ou services finaux qui lui sont propres en fonction du marché ciblé. 

Dans ce contexte, Louise Kullmar précise dans son analyse de la méthodologie que : 

« C’est un moyen de tester des hypothèses préétablies et de commencer à apprendre le processus dès que possible.

Volontairement, le produit fabriqué a un nombre limité de fonctions pour localiser l’utilisateur sur l’essence même du projet. »

3. Poursuivre un processus d’apprentissage vérifié

Cette phase du lean startup exprime un objectif supplémentaire du lancement de ce business model, où, en plus de produire, de gagner de l’argent ou de servir des clients, le processus d’apprentissage de la création d’une entreprise rentable est tout aussi important. 

La meilleure façon d’y parvenir est d’expérimenter, ce qui, selon Ries, est préférable à la création d’un sondage, car les gens ne savent souvent pas ce qu’ils attendent d’un produit ou pensent simplement le savoir. 

Par conséquent, les questionnaires qu’ils remplissent ne sont pas une forme fiable d’obtention de connaissances. Mais les expériences oui. 

methode de lancement startup

En donnant au client un produit minimum viable, il est désormais possible d’observer sa réaction et son comportement vis-à-vis d’un produit donné. Il est également important que la création du MVP ne soit pas un événement ponctuel. 

Après avoir mené l’expérience et l’avoir analysée, le start-up peut voir si le projet a réussi et quels aspects de celui-ci ne sont pas suffisamment affinés pour être commercialisés. Cela permet donc de progresser beaucoup plus rapidement en créant un autre MVP pour continuer à approfondir le business et son marché. Il s’agit d’un processus de boucle inversée mise au point par Ries qui prend la tournure : 

Créer → Mesurer → Apprendre.

4. Recommencer ou poursuivre ?

La dernière étape consiste à observer et mesurer la situation de la société après avoir mené ces hypothèses et ses expérimentations. 

Sur leur base, les entrepreneurs doivent décider si la stratégie actuelle fonctionne, c’est-à-dire s’il est possible d’améliorer encore le produit avec l’aide d’un MVP et de répéter les étapes préalablement réalisées avec lui. 

Il peut aussi arriver qu’il soit nécessaire de faire un virage à 180°, c’est-à-dire :

« changer de stratégie sans changer de vision » 

Il est essentiel de faire ce retour à temps pour qu’il ne soit ni trop tôt ni trop tard avant de voir la start-up plonger ou prendre la forme d’une licorne. Il existe de nombreux types de retours, comme le changement de marché cible ou de produit fabriqué.

Grâce à une technologie de plus en plus innovante, les business ont plus de chances de prendre des décisions avisées et plus rapides, ce qui peut empêcher la startup de chuter. C’est une méthode quantitative qui permet de suivre les progrès en tant réel, de créer des objectifs intermédiaires et d’organiser les tâches qui suivent pour obtenir une probabilité plus grande de réussite.

reussite startup
(Visited 5 times, 1 visits today)
Fermer